Le journal de Mr Darcy d’Amanda Grange

17 octobre 2014 at 18 h 28 min

1211-journal-darcy_org

Vous connaissez Orgueil et préjugés ? Mme Bennet, qui cherche par tous les moyens à marier ses 5 filles, l’amour naissant entre Jane, l’aînée, et Mr Bingley, et Elisabeth et Mr Darcy… L’histoire est donc connue, sauf qu’ici nous avons le point de vue de Fitzwilliam Darcy.

e suis assez mitigée sur ce roman contrairement au Journal du Colonel Brandon. Oui, c’est un réel plaisir de retrouver les personnages du roman de Jane Austen. J’ai aimé tout ce qu’Amanda Grange a imaginé autour des indices laissés dans Orgueil et Préjugés pour combler les « blancs » et imaginer une fin un peu plus prolongée.

Par contre, même si c’est bien écrit, n’est pas Jane Austen qui veut. Son style, son humour, sa façon de raconter. Amanda Grange ne fait malheureusement qu’une pâle redite, sans l’humour qui caractérise son illustre modèle. J’ai également été déçue que ce soit si proche du roman originel, au point qu’on s’ennuie presque par moments.

En résumé, ce roman est dispensable, même s’il est agréable à lire. Les passages sortis de l’imagination d’Amanda Grange sont les seuls qui donnent sa réelle valeur à ce roman sans prétention.

Elinor Jones d’Algésiras et Aurore

10 octobre 2014 at 16 h 58 min

Le_Bal_d_hiver_Elinor_Jones_tome_1 Le_Bal_de_printemps_Elinor_Jones_tome_2 Le_Bal_d_ete_Elinor_Jones_tome_3

La maison Tiffany est réputée pour ses créations de couture. Elinor Jones éprouve une grande fierté à avoir été recrutée pour y être couturière. Mais elle va très vite découvrir ce qui ce cache derrière cette gloire. Entre le mystérieux Chao, Bianca la caractérielle, Heng le silencieux, elle va devoir trouver ses marques. Et affronter ses propres démons.

Le premier tome relate l’arrivée d’Elinor, et le premier bal. Ces bals sont organisés à l’occasion de chaque saison par la maison Tiffany et permettent de présenter la collection. Les second et troisième tomes se centreront sur les bal de printemps et d’été. L’histoire évoluera, permettra de découvrir les motivations de chacun.

J’ai beaucoup aimé cette série assez courte. D’une part l’histoire est simple, mais bien racontée et assez prenante. Mais le point fort selon moi ce sont les dessins et les robes qui sont présentées. De vraies petites merveilles faites pour éblouir les clientes… et les lectrices !! Et la fin est loin d’être mièvre.

Une très belle découverte !

[Edit] La puce a lu (dévoré plutôt !!) les 3 tomes en une soirée. Inutile de dire qu’elle a adoré. La fin l’a bien entendu attristée, mais visiblement c’est une série qui a fait mouche avec elle aussi.

Les enfants du capitaine Grant d’Alexis Nesme

9 octobre 2014 at 17 h 18 min

les-enfants-du-capitaine-grant-de-jules-verne-bd-volume-3-simple-50986 les-enfants-du-capitaine-grant-de-jules-verne-bd-volume-1-simple-9720 les-enfants-du-capitaine-grant-de-jules-verne-bd-volume-2-simple-21175

Ces trois tomes sont l’adaptation BD du roman de Jules Verne. Je me souviens l’avoir lu quand j’étais ado, et avoir été complètement emballée et transportée par cette histoire. Encore aujourd’hui, et malgré les 20 ans qui ont passés depuis ma lecture, je me souviens encore fortement de certaines scènes.

Lors d’une sortie en mer avec son navire de plaisance, Lord Glenarvan découvre une bouteille contenant un message. C’est un appel au secours du capitaine Grant, dont le navire a sombré. Lord Glenarvan décide de monter une expédition pour partir à son secours. Sa femme, les enfants du capitaine, Robert et Mary, son second Tom Austen, le major Mac Nabbs et Jacques Paganel un étourdi géographe français seront de l’aventure. Car si le message mentionne la latitude, la longitude a malheureusement été effacée…

Voilà pour l’histoire. De l’aventure en perspective ! J’avais très peur d’être déçue par l’adaptation BD. Il n’en a rien été. Le récit fait par Alexis Nesme a l’air d’être assez proche et fidèle au récit de Jules Verne. En tout cas, j’ai bien retrouvé les scènes qui m’avaient marquée, et d’autres oubliées sont ressurgi. Paganel m’a paru aussi insupportable qu’il y a 20 ans.

Côté dessin, l’auteur/dessinateur a pris le parti de l’anthropomorphisme (mot barbare pour dire simplement que les personnages sont des animaux). Ce n’est pas forcément un procédé nouveau (voir par exemple le dessin animé du Tour du Monde en 80 jours, autre adaptation de Jules Verne). Mais il est cependant bien réalisé. J’ai particulièrement savouré le fait que Paganel, savant français, soit représenté par une grenouille. Les dessins en eux-mêmes sont très beaux et fouillés. Cela rend cette BD particulièrement agréable à lire. J’ajoute que Alexis Nesme n’a pas joué la facilité car les dialogues et descriptions sont nombreux et fournis.

1424_P4

Cette BD peut aussi bien être lue par des enfants que des adultes. Attention toutefois car dans la BD comme dans le roman, le cannibalisme est clairement évoqué et montré…

Le Journal du Colonel Brandon d’Amanda Grange

8 octobre 2014 at 14 h 05 min

index7

Je me suis lancée dans la lecture du Journal du Colonel Brandon en étant à la fois impatiente et anxieuse. Impatiente parce que le Colonel Brandon est mon personnage masculin préféré de l’oeuvre de Jane Austen. Ceux qui me connaissent savent que je voue un culte à l’acteur qui l’incarnat si magnifiquement dans l’adaptation d’Ang Lee. Anxieuse car j’avais peur d’être déçue. J’avais bien apprécié le Journal de Mr Darcy du même auteur, ce qui ne m’avait pas empêché d’être critique sur plusieurs choses. Or ici, nulle déception !!

J’avais reproché au précédent roman de cet auteur d’être beaucoup trop fidèle au roman original, et de se poser en redite de celui-ci. Avec le Journal du Colonel Brandon, je n’ai pas du tout eu cette impression au contraire !!

Le roman commence plus de 15 ans avant les événements que raconte Jane Austen. Au moment où James Brandon, encore jeune homme, est fou amoureux d’Eliza Williams, la pupille de son père. Nous sont ensuite décrits tous les événements de sa vie jusqu’à sa rencontre avec les soeurs Dashwood. Celle-ci n’intervient qu’à un bon tiers du roman. J’ai vu que c’est ce qui avait grandement désappointé certaines lectrices de ce livre, mais pour ma part j’ai vraiment adoré ! On peut ainsi suivre le jeune James, et le voir évoluer, devenir l’homme qui déplaît à Marianne lors de leur rencontre à cause de son humeur taciturne et mélancolique. La suite du roman est fidèle à ce que raconte Jane Austen, mais sans être complètement un copier-coller. On n’a pas comme dans le Journal de Mr Darcy des dialogues entiers repris.

En fait mon seul regret est que Amanda Grange a légèrement modifié ce qui arrive à la pupille de Brandon, modifiant ainsi la façon dont Marianne accepte de se marier avec lui. Je me souviens que j’avais été déçue quand je l’avais lu dans Raison et sentiments, mais au final je trouve que comme souvent Jane Austen est tombée juste et que son choix est plus pertinent que celui d’Amanda Grange.

Par contre, Amanda Grange a réussi dans ce roman à trouver un peu de l’humour piquant de son modèle en proposant certains personnages assez amusants et décrit avec un peu de l’humour de Jane Austen.

Bref, pour moi ce livre est une réussite.

Miss Mackenzie d’Anthony Trollope

8 octobre 2014 at 12 h 11 min

Miss Mackenzie

Je suis une grande fan de Jane Austen. Malheureusement, cet auteur n’a écrit en tout et pour tout que six romans. Et même si j’adore les lire et les relire, j’ai eu envie il y a peu de découvrir d’autres auteurs anglais du 19ème siècle, voir s’ils pouvaient être intéressants.

Suite à la lecture de critiques élogieuses, j’ai choisi de lire Miss MacKenzie, d’Anthony Trollope. L’histoire est assez basique : une femme, sans grande éducation, a joué le rôle de garde-malade pour son père puis son frère. Lorsque celui-ci décède, il lui lègue toute sa fortune. A 35 ans, elle devient une femme aisée. Vieille fille de 35 ans, elle n’a cependant pas renoncé au mariage et son nouveau statut va lui apporter plusieurs soupirants.

J’ai été un peu sceptique au début. Je suis tellement habituée à la finesse d’écriture de Jane Austen, que le style d’Anthony Trollope m’a paru un peu lourd et gros. Il pointait trop du doigt ce qui selon lui était intéressant, et cela m’a parfois rebuté. De même j’ai eu du mal avec les personnages dépeints, et encore plus de mal à vraiment comprendre qui était qui. Rien de plus désagréable que de se sentir perdu juste à cause de cela.

Mais au fil de la lecture, j’ai davantage apprécié et l’histoire, et les personnages. Anthony Trollope peut-être plus subtil que ce que j’ai trouvé au départ. Et il peut être féroce par moments, et très ironique.

Certains hommes qui n’arrivent à tromper personne finissent parfois par réussir à se tromper eux-mêmes.

Miss MacKenzie est un personnage très intéressant, de part son caractère et sa manière de faire et de penser. Elle apparaît comme une petite souris au début, mais se révèle être une vraie force de la nature ensuite.

Si les 50 premières pages ont été un peu difficiles, j’ai lu le reste du roman en un rien de temps ! La fin est assez prévisible, mais n’en perd pas pour autant de saveur. Ce livre m’a donné envie de tenter une nouvelle incursion dans l’univers de cet auteur !