Cadeau de naissance : le bavoir

28 avril 2016 at 15 h 01 min

Il y a peu, j’ai de nouveau une nièce qui est née. C’était reparti pour les cadeaux de naissance. Il allait falloir être à la hauteur de ma sœur qui a réalisé une couverture en crochet absolument magnifique !!

J’ai commencé par le cadeau que je fais à chaque fois : un bavoir personnalisé ! J’ai cette fois-ci pris le modèle du livre Intemporels pour bébé de Astrid Le Provost. Oui je sais, après avoir été déçue par le short il y a quelques mois je ne voulais plus utiliser ses ouvrages, mais après tout il y a peu de risque de taille avec un bavoir. Mouais… J’ai fait un bavoir en taille soit disant un an que j’ai trouvé petit. Mais ça allait quand même, donc je ne râle pas trop. Surtout que des petites bavoirs, ça peut être bien aussi.

Bavoir

Je dois cependant avouer que je préfère nettement le modèle que j’avais utilisé pour sa sœur mais le résultat me plait quand même.

Tissus utilisés pour le bavoir :
Tissu éponge gris (mercerie Laines et Tissus)
Tissu coton rose (mercerie Laines et Tissus)
Autres fournitures utilisées pour le bavoir:
Bouton pression (mercerie Laines et Tissus)
Appliqué (Noz)

Swap littérature (5) : le book bag

23 avril 2016 at 14 h 51 min

Ce swap a été l’occasion pour moi de me lancer dans quelque chose de complètement inédit. C’est tout l’intérêt d’un swap, on veut tellement se dépasser et faire plaisir à la personne à qui on offre un colis, que l’on cherche à surprendre et à découvrir de nouvelles choses.

Dans En attendant Godot, l’un des personnages possède une valise. J’avais décidé de faire une valisette en tissu. Mais finalement, l’une des Fées tisseuses m’a encouragée à me lancer dans la réalisation d’un book bag. Qu’est-ce que c’est que cette bête ? Il s’agit d’un livre transformé en sac (book = livre, bag = sac en anglais, voyez la grande angliciste que je suis). J’avoue avoir longtemps hésiter avant de me lancer, envisageant presque jusqu’au dernier moment de faire une valise en tissu.

Le premier obstacle, et non des moindres, et qu’il fallait trouver le livre à détourner. Et comme le livre est déchiré et découpé, il fallait d’une part qu’il ne soit pas cher à l’achat, d’autre part qu’il soit joli et aux bonnes dimensions. La cerise sur le gâteau aurait été qu’il s’agisse de la pièce choisir par ma swappée, mais là c’était mission quasi impossible !

J’ai décidé d’aller dans une association type Emmaüs située dans ma ville pour voir si je trouvais mon bonheur. Et ça a été le cas à double titre (mais j’y reviendrai une autre fois). Un livre m’a tapé dans l’œil : l’Ecume des jours de Boris Vian. Couverture impeccable et jolie, un poil petit comme ouvrage mais néanmoins utilisable, et bleu (ce qui est la couleur préférée d ma swappée). Le tout pour… 50 centimes !!! Vendu !

Book bag

La seconde étape a été de m’équiper et d’acheter un pistolet à colle. J’ai pris l’un des moins cher que j’ai vu au magasin de bricolage. Je regrette d’ailleurs de n’avoir pas mis un peu plus et d’avoir quelque chose de plus pratique mais tant pis. Alors, qu’est-ce donc qu’un pistolet à colle ? C’est un pistolet qui, une fois branché, permet de faire « fondre » des bâtons de colle et de coller quasi instantanément et de manière très résistante tout plein de matériaux. Il faut prendre le coup de main, mais je crois que je pourrais difficilement m’en passer désormais !!

Je me suis ensuite lancée dans la réalisation du book bag en elle-même. Il faut détacher la couverture des pages intérieures au cutter. Puis recouvrir l’intérieur de tissu, penser à mettre les anses, pour un joli résultat. Voici un exemple de tuto, en anglais, mais très compréhensible car les images parlent d’elles-mêmes.

Book bag

Et voilà ce que cela donne une fois terminé. J’avoue avoir été bluffé par le résultat. J’ai juste un doute sur la robustesse de l’ensemble, car je ne sais pas si la colle que j’ai mis suffit, mais en tout cas j’ai testé le temps que je l’avais à la maison et ça a bien tenu.

Book bag

Cette créa m’a apporté beaucoup, car j’ai découvert le pistolet à colle, et que cela m’a donné plein d’idées pour détourner de manière ludique des livres !!!

Swap littérature (4) : le chapeau à plis

18 avril 2016 at 14 h 21 min

Le choix de ma swappée, En attendant Godot, s’il m’a déconcerté au début m’a au final bien inspirée. Après la ceinture, j’ai décidé de coudre un chapeau car les personnages de la pièce en portent un. Bon, il s’agit d’un chapeau melon, mais comme je ne sais pas en faire, je me suis décidée pour un modèle plus simple ! J’ai de nouveau emprunté le livre Chapeaux et compagnie de Junko Okabe car il est très bien fait et j’adore les modèles. C’est le chapeau à plis que j’ai retenu, car j’aime bien sa touche un peu sophistiquée. Pour les tissus, on ne change pas une équipe qui gagne et j’ai repris les tissus déjà utilisés pour mon propre chapeau.

Chapeau à plis Okabe Chapeau à plis Okabe

Là où j’ai eu du mal, c’est qu’il faut découper la calotte extérieur et intérieure en miroir. Ce que je pensais avoir fait, alors que ce n’était pas le cas ! Et je me suis trompée 2 fois, inutile de dire que j’étais verte car c’est autant de temps perdu et de tissu gaspillé. J’en suis arrivée à bout. La couture en elle-même a été très simple. Le chapeau s’est révélé être un peu trop petit, ce qui me déçoit pas mal.

Tissus utilisés pour le chapeau à plis :
Tissu coton blanc (mercerie Laines et Tissus)
Tissu coton bleu marine à fleurs (stock personnel)
Autres fournitures utilisées pour le chapeau à plis :
Entoilage (mercerie Laines et Tissus)
Biais bleu (mercerie Laines et Tissus)

Swap littérature (3) : la ceinture

11 avril 2016 at 21 h 15 min

Toujours pour le swap, j’ai dû réaliser des créations en rapport avec… En attendant Godot. Là, j’avoue avoir séché un moment. Je ne connais pas cette pièce, n’apprécie pas particulièrement le théâtre et ne savait pas trop quoi coudre en rapport avec ce drame très minimaliste et absurde. Finalement, quelques idées ont germé, et comme elles étaient faciles à mettre en application je n’ai pas trop hésité.

La première de ces idées est une ceinture. En effet, l’un des personnages tente de se pendre avec la sienne. Et l’avantage incontestable, c’est qu’il s’agit de quelque chose de relativement simple à coudre ! J’ai cependant cherché assez longtemps un joli modèle. Plusieurs me tentaient, et j’ai finalement opté pour un modèle très simple mais avec un rendu sympa et différent. Il s’agit d’une ceinture « patchwork » dont j’ai vu un modèle sur Pinterest. L’avantage de ce modèle, c’est qu’il peut être cousu avec plein de tout petits bouts de tissus différents (12x5cm). Le plus long a été de me décider sur les associations de couleurs/motifs que je souhaitais. Pour savoir quelle dimension prendre, je me suis aidée du livre de Corine Romeyer sur le sujet, avec des réalisations assez simples mais sympathiques. La ceinture elle-même a été cousue en moins de 30 minutes, et le résultat m’a tant plu que j’en referai certainement une pour moi !!

Ceinture patchwork

Tissus utilisés pour la ceinture :
Tissu coton rose (mercerie Laines et tissus)
Tissus coton divers (stock personnel)
Autres fournitures utilisées pour la ceinture :
Boucles de ceinture (mercerie Laines et Tissus)

Swap littérature (2) : la jupe plissée

1 avril 2016 at 21 h 04 min

Continuons dans la lancée du swap littérature. Après La Peste de Camus, le second choix de ma swappée était Harry Potter. Inutile de dire ma joie car c’était l’un de mes choix aussi, cette série étant l’une de mes références ! Je n’ai pas eu à me creuser la tête trop longtemps, et j’ai choisi de coudre une jupe plissée tout simple.

Simple dans la forme mais qui m’a posé quelques difficultés. Je n’ai pas voulu faire tenir la taille avec un élastique et avoir un rendu un peu plus « pro » et j’ai donc décidé de poser une fermeture à glissière invisible (que je maîtrise désormais à la perfection !!) Les calculs ont été compliqués, heureusement une copinaute des Fées tisseuses m’a vraiment beaucoup aidé (mâché le travail ?)

Pour le tissu, j’avais justement en stock le tissu qu’il fallait car j’avais l’intention de me faire une jupe de ce style un jour ou l’autre. Une fois les plis réalisés, le tout a été vite cousu. Malheureusement, il s’est avéré qu’elle est un peu trop grande pour ma swappée, qui va cependant essayer de la reprendre pour qu’elle tombe comme il faut. Une petite déception donc, surtout vu le temps que j’avais investi dans cette cousette.

Et en plus, comme la tête de linotte que je suis, j’ai oublié de prendre ma création en photo !!

A noter que c’était la première fois que j’utilisais ma nouvelle surjeteuse, cadeau de Noël de la part de mon chéri. Et c’est juste le bonheur, tant le rendu est propre et l’utilisation facile !!

Tissu utilisé pour la jupe plissée :
Tissu coton épais à carreaux (mercerie Madame la mercière)
Autres fournitures utilisées pour la jupe plissée :
Fermeture à glissière invisible (mercerie Laines et Tissus)