Chemise de nuit Mitsu

28 mars 2015 at 10 h 29 min

En février/mars était organisé sur le blog Esprit Kimono pour les petits addicts un concours. Un vrai concours avec des lots à gagner et tout et tout. J’ai hésité à participer. J’avoue avoir eu peur de la concurrence qui allait sans nulle doute être rude, certaines couturières étant bien plus douées que moi. Et puis j’avais déjà tellement de projets en cours !!

Finalement, je me suis lancée tranquillement. J’ai choisi un modèle qui me tentait depuis un moment, j’avais le tissu (un petit coton à fleurs de chez Butinette), et puis je pouvais toujours présenter ce modèle au concours sur le thème du printemps sur le forum des Fées tisseuses si jamais je me dégonflais et je ne voulais plus le présenter au concours des addicts.

J’ai modifié le modèle de base pour faire une petite robe d’été et non une nuisette. Au départ, je pensais utiliser un biais blanc pour les liens et les bords mais je trouvais que cela n’avait pas assez de pêche. J’ai finalement opté pour un biais framboise et le résultat et juste parfait !!

Chemine de nuit Mitsu

Je suis très fière de moi sur cette robe car le bais est posé de manière impeccable !! Et en plus admirez les raccords de devant, juste magnifiques !

Chemise de nuit Mitsu

J’avoue cependant avoir été perplexe sur le montage car tel que c’était présenté dans le livre, la robe me paraissait très large et avec trop d’ampleur. J’ai finalement fait à ma sauce, et j’ai dû rectifier l’ourlet qui ne tombait plus correctement. Par contre, je ne suis pas certaine que les nouettes soient très pratiques pour habiller un enfant mais le résultat est très joli.

Chemise de nuit Mitsu

Voilà donc une petite robe Mitsu en 3 ans pour la nièce de mon homme (admirez d’ailleurs les belles photos qu’il m’a faites !!)

Quant aux résultats… je n’ai gagné aucun des 2 concours. Mais cela s’est joué à un cheveu pour celui organisé par Esprit Kimono pour les petits addicts, donc je suis quand même contente !

Tissu utilisé pour le chemise de nuit Mitsu version robe d’été :
Coton jaune à fleurs roses (Butinette)
Autres fournitures :
Biais framboise (mercerie Laines et Tissus)

Le charme du style classique : La blouse

21 mars 2015 at 19 h 08 min

Toujours pour le concours du printemps, et pour aller avec la jupe porte-feuille réversible, j’ai cousu une blouse.

C’était un modèle que j’avais repéré depuis bien longtemps. Pas compliqué à coudre a priori. Et avec un bon rendu. Le patron a été fait en 2 temps 3 mouvements, le tissu très vite découpé. Quant à la couture, cela a été très rapide également.

Février 2015 - 003-2-1 Février 2015 - 003-6-1

Deux petites déceptions une fois le modèle terminé. D’une part, le noeud à l’arrière. J’ai laissé trop de biais. Et celui-ci est trop rigide, d’où un côté pas forcément esthétique selon la manière dont c’est noué. D’autre part, la blouse est légèrement trop grande. Mais une fois dessus, avec un jean, elle tombe quand même si bien que je l’adore !!!

Février 2015 - 003-5

Comme le thème du concours était le printemps, j’ai choisi un tissu popeline à fleurs trop beau !! La puce va certainement avoir droit à un haut dans le même tissu. J’avais déjà cousu de la popeline, et je suis définitivement fan de cette matière. C’est doux, agréable à coudre, ça se tient… Une merveille !

Je n’ai finalement pas présenté ce haut ni la jupe pour le concours (au passage, regardez combien la jupe tombe bien !) car aucune photo n’avait un aspect attrayant. Mais ce n’est pas grave, j’ai cousu plusieurs autres projets pour le concours !

Le charme du style classique : la jupe porte-feuille

19 mars 2015 at 13 h 54 min

Pour le concours du printemps des fées tisseuses, j’ai eu des idées plein la tête. Beaucoup… Trop… Au final, j’ai dû faire un tri. Cela m’a quand même motivé pour me coudre énormément de choses. Ce qui change car ces derniers mois c’est surtout pour les autres que j’ai cousu.

J’ai tenté un ensemble jupe/blouse pour ce concours. Pour la jupe, j’ai choisi un modèle simple et qui me tentait depuis un moment. Et pour lequel j’avais les tissus nécessaire : velours milleraies rouge acheté à la foire aux coupons, et coton rouge à grosses fleurs blanches acheté sur les Coupons de Saint-Pierre.

Février 2015 - 003-7

Ma fierté sur cette jupe : le biais posé de manière absolument impeccable ! Et vu la longueur ce n’est pas rien. Je pense avoir enfin (deux ans pour y arriver, je ne vais pas vite) compris comment faire pour avoir ce résultat. Et mes pinces sont réussies. La jupe me va très bien, mais l’homme la trouve trop longue. Il n’a pas tort mais chut, il ne faut pas le lui dire !

Détective Conan de Gosho Aoyama

17 mars 2015 at 11 h 00 min

index

Shinichi Kudo est un lycéen passionné d’enquête policières. Il a d’ailleurs quelques succès à son actif et collabore régulièrement avec la police. Mais un jour où il se promène avec sa petite amie Ran, il devient gênant pour « Les hommes en noir » et se voit administrer un poison. Celui-ci ne le tue pas, mais le fait rajeunir. Et le voilà obliger de se faire passer pour Conan Edogawa, un écolier de 6 ans. Personne n’est au courant, excepté le professeur Agasa , un savant qui va l’aider. Et Conan va être hébergé chez Ran, et aider le père de celle-ci, détective privé, à résoudre des énigmes.

A la base, cette série était destinée à être lue par la puce. Mais heu… Elle est encore un peu jeune ! Les scènes sont parfois gore (victime démembrée, pendue ou clouée au mur par un sabre) et parfois très inquiétantes. Cependant, certaines enquêtes sont de son âge, et elle peut tout à fait les lire, ce qu’elle fait sans attendre dès qu’elle a notre feu vert. Mais pour d’autre c’est niet !

Comme je n’ai pas 9 ans mais XX ans (on ne demande pas son âge à une demoiselle) j’ai le droit de tout lire. Et je dois avouer que c’est plutôt réussi comme série. Les dessins sont simples au départ, mais sont meilleurs au fil des tomes. Les histoires sont bien menées et prenantes. La solution de l’enquête est toujours complexe et bien travaillée, on se prend vraiment au jeu d’essayer de découvrir qui est le coupable.

Les fameux hommes en noir sont inquiétants, et apparaissent de temps à autre au détour d’une histoire. Conan les recherche car il veut récupérer une dose du poison qui lui a été administré afin que le professeur Agasa puisse fabriquer un antidote.

Une série bien sympathique donc. Mais longue… très longue… On en est déjà à plus de 70 tomes !! Et la médiathèque est très loin de tous les posséder malheureusement… On se débrouillera pour les lire autrement !

Le protège panier à bûche

15 mars 2015 at 9 h 37 min

Voici une demande expresse de mon homme. Il voulais quelque chose pour que les saletés qui se trouvent dans le panier à bûches ne se répandent pas partout dans la maison. Après avoir utilisé de vieux journaux pendant longtemps, je me suis décidé à me lancer, surtout que j’avais tout ce qu’il fallait à la maison !!

J’ai pris un tissu acheté à la Foire aux coupons qui est assez épais pour être résistant. Au début, le tissu ne tenait pas donc j’ai modifié en ajoutant des élastiques tenus par des boutons. Le résultat est bizarre, pas du tout esthétique, mais cela convient au commanditaire et rempli son office.

Février 2015 - 006-3 Février 2015 - 006-1 Février 2015 - 006-2

Burda Style

10 mars 2015 at 18 h 19 min

Quand j’ai débuté la couture, je suis bien entendue tombée sur les patrons Burda. Mais ils ne me tentaient pas du tout. Les livres de couture japonaise m’inspiraient davantage et me donnaient envie de coudre, les Burda me rebutaient.

Maintenant que j’ai quelques heures de vol côté couture et que j’ai fait le tour des patrons japonais, je me tourne vers des patrons plus européens (occidentaux en tout cas). J’ai déjà évoqué dans un article précédent les site de patrons que j’avais repéré. J’ai un peu zieuté également du côté des magazines de couture, Burda Style en tête. Dans ce magazine, il y a à boire et à manger, et nombre de modèles sont répétitifs. Bref, il faut faire du tri !

Il y a un numéro que j’avais repéré à sa sortie en septembre, mais que je n’avais pas acheté car un seul modèle me plaisait. Mais malgré les semaines, ce modèle me trottait dans la tête. J’ai donc finalement décidé de l’acheter d’occasion (sur A Little mercerie, grâce au bon d’achat reçu pour mon anniversaire – merci papa et maman !) Bien m’en a pris car en feuilletant au calme ce numéro je me suis rendue compte que ce n’est pas un, mais bien plusieurs modèles qui me plaisent !!

Un chemisier

000001889765000001889764

Des robes

000001889749000001889750  000001889695 000001889694 000001889651 000001889650

La seconde est particulière mais j’aime beaucoup son style sophistiqué. La dernière sera magnifique dans un autre tissu !!

Des accessoires, et divers vêtements adultes et enfant :

000001889826 000001889827

000001889818 000001889819

000001889683 000001889682

Et enfin, ce pour quoi j’ai acheté le magazine à la base, une superbe jupe !!

000001889776 000001889779

 

 

 

 

Les projets ratés

6 mars 2015 at 13 h 17 min

En couture, il n’y a pas que des réussites et des créations « wouahououououou !!!!! » (cri du coeur d’une personne tombée amoureuse d’une de mes cousettes). Il y a aussi les résultats « beurk ». Ou même pas de résultats car le projet ne finit pas tant il est mal parti.

En 2 ans de couture, j’en ai eu plusieurs. Une petite liste ?

– ma première cousette n’a jamais vu le jour. C’était une manique. Commencer la couture par la pose d’un biais sur une épaisseur molletonnée, mauvaise idée…

– quand j’ai voulu faire une housse pour la liseuse de ma soeur (résultat ici), j’ai fait une tentative avec le tuto de chez Gain de maïs. Erreur monumentale, il m’a été impossible d’en venir à bout. J’ai réalisé plus tard que la cape « arrache cheveux » que j’ai faite provenait de la même conceptrice. Ses modèles ne sont définitivement pas faits pour moi…

– mon premier essai de smocks a été une catastrophe. J’ai testé sur une robe pour moi, le rendu n’est vraiment pas à la hauteur. Et cela m’a déréglé la machine à coudre pour un moment en plus !!! Heureusement que le tissu utilisé n’était pas cher…

Le charme du style classique recèle des merveilles. J’avais le tissu pour coudre le gilet brodé. Un vrai naufrage. Première coupe des pièces (suivi de la couture, sinon ce ne serait pas drôle) : le patron proposé est faux !! Deux dimensions de marge de couture sont inversées, ce qui fausse tout. J’ai donc redécoupé les pièces, puis recousu. Et là, c’est moi qui me suis trompée. Résultats : un gilet que j’ai fini pour l’honneur mais qui est moche et importable.

– Le premier porte-chéquier pour belle-maman est à oublier

– Un autre projet raté est une housse de protection pour la tablette de ma maman. Elle est vraiment belle, mais trop petite ! J’ai enragé, mais je l’ai gardée au cas où…

J’ai un autre projet mal parti, mais pour lequel je ne baisse pas encore les bras. Je veux faire le bustier de Parfum du ciel (celui-là : 287) mis pour le moment j’ai un souci posé par ma poitrine riquiqui. J’ai tenté une première toile mais trop serrée. Il faut donc que j’en refasse une. Projet à suivre…

Enchantement de Orson Scott Card

4 mars 2015 at 9 h 06 min

images

La famille d’Ivan s’apprête à fuir l’URSS. En attendant ce départ, lui et ses parents séjournent chez un cousin en Ukraine. Là, Ivan découvre une princesse endormie mais un monstre le fait fuir. Bien des années plus tard, Ivan devenu adulte n’a jamais totalement oublié cet épisode de sa vie. A l’occasion de recherches pour sa thèse, il retourne chez son cousin, et retrouve la princesse.

Je l’ai lu il y a bien 10 ans mais je ne m’en rappelais plus. Je l’ai trouvé à médiathèque il y a quelques mois et j’ai lu la quatrième de couverture. Là j’ai pensé « ça me dit quelque chose ». Je l’ai pris et effectivement dès les premières pages, je m’en suis rappelé… sans vraiment me souvenir !!

Cette fois-ci (comme la première certainement) j’ai pris un immense plaisir à cette lecture et j’ai dévoré le livre. C’est frais, fluide, plein d’action, mais sans paraître fébrile. J’ai aimé les personnages, même si j’ai trouvé par moments qu’ils s’adaptent un peu trop facilement à « l’autre monde ».

Cette relecture du conte de la Belle au bois dormant est une réussite.

Edenbrooke de Julianne Donaldson

3 mars 2015 at 8 h 48 min

71G2l098ksL

Je l’avoue, j’étais extrêmement curieuse de lire ce roman à propos duquel les critiques étaient si élogieuses et qui était si souvent décrit comme étant dans la ligné des romans de Jane Austen.

Marianne vit avec sa grand-mère depuis la mort de sa mère. Elle est invitée avec sa sœur jumelle à séjourner à Edenbrooke, une magnifique propriété appartenant à une riche famille. Elle va y vivre un séjour qui va la combler.

Mon opinion est faite et je suis loin de partager les avis dithyrambiques lus à droite et à gauche. Non pas que le livre soit mauvais en soi, mais j’en attendais bien plus…

La comparaison avec Jane Austen est à mon avis à prendre avec des pincettes. On est loin de l’écriture de cet auteur. La plume de Donaldson n’est cependant pas mauvaise. Pour tout dire, j’ai lu ce livre en un clin d’œil et avec plaisir. Les sentiments des personnages sont vraiment bien décrits et fouillés. L’histoire a son propre rythme, assez lent mais agréable. J’ai beaucoup aimé les relations entre Marianne et Philip, qui ne m’ont pas semblées factices. Il y a néanmoins un point qui m’a prodigieusement agacée : je ne sais pas combien de fois « Philip ricane », mais c’est extrêmement pénible de retrouver cette expression une fois par chapitre. Et « l’aventure » finale m’a parue être en trop. Cela ajoute certes un élément dramatique à l’ensemble, mais ce n’était pas indispensable de mon point de vue.

Ce roman est donc sympathique et agréable, mais il n’en demeure pas moins qu’il ne s’agit que de littérature sentimentale assez simple (au-dessus du lot cependant) et qui ne restera pas dans ma mémoire.