Bloomer KIWAKO

3 octobre 2014 at 19 h 11 min

Et un bloomer Kiwako, un ! Pour le baptême des petits d’une amie, j’ai pris le parti de ne faire que du cousu main. Avec plus d’un an d’expérience, je me suis dit que je pouvais désormais tenter. Bien m’en a pris, elle a adoré tout ce que j’ai offert aux petits (elle baptisait ses deux enfants de 18 et 36 mois). Ce bloomer fait partie de ce qu’elle a préféré. Apparemment son plus jeune est à croquer avec. Quel dommage que le livre de Zazobouzi n’aille que jusqu’au 3 ans ! Je me tiens au courant, espérant que vu le succès de son ouvrage l’auteur décide de publier une « suite » (du 3 au 6 ans par exemple) mais rien ne viens ou n’a l’air prévu…

Bloomer Kiwako

Je vais me répéter, mais comme beaucoup de modèles de cet ouvrage, ce bloomer est très simple à faire.  J’ai cependant un peu galéré au niveau des liens du bas : je voulais les faire en biais contrastant, mais impossible de le poser. J’ai finalement abandonné et décidé de faire comme je le pouvais pour arriver à terminer en faisant quelque chose de propre. On voit sur la photo que le rendu sur le côté en bas est un peu bizarre, mais visiblement une fois que l’enfant l’a dessus ça ne se remarque pas.

Ayant toujours mon énorme coupon de coton vert à pois blanc, je l’ai utilisé pour coudre ce petit bloomer. Pas d’autre fioriture, je trouve que le modèle se suffit à lui-même et ne se prête pas à être surchargé.

Tissu utilisé pour le Bloomer Kiwako :
Coton pois verts (Coupons de Saint-Pierre)
Autres fournitures :
Élastique 2 cm de large pour la taille.

Cache-coeur LEIKO

3 octobre 2014 at 19 h 04 min

Cette fois-ci, c’est au modèle du cache-cœur Leiko du livre Esprit Kimono pour les petits auquel je m’attaque. Encore une fois rien à dire, tout a été très simple et rapide. Je l’ai cousu pour le filleul de mon homme en 12 mois et ça taille tout à fait correctement. Et j’ai encore utilisé le fameux tissu coton à pois vert ! Acheté sur le site Les coupons de Saint-Pierre, où les grands coupons sont à des prix intéressants, et permettent de faire des réalisations originales pour très peu cher… Il faut dire que pour les vêtements de garçon, je n’en ai pas tellement d’autres car je suis plus fan des tissus rose, mauve, rouge… assez féminins quoi !

Cache Coeur Leiko

J’ai fait un revers contrastant sur les manches, pour accorder avec le pantalon Nishi. Je n’ai pas rajouté quoi que ce soit car le pantalon avait déjà des appliqués en étoile et je ne voulais vraiment pas que le tout fasse trop chargé. On le voit un peu sur la photo, il y a un défaut au niveau des aisselles : j’ai compris après coup comment rectifier, mes futures réalisations ne devraient plus être disgracieuses à cet endroit (il convient de ne pas coudre en « angle droit » à cet endroit mais plutôt de privilégier un arrondi et de cranter ensuite).

Le cache-cœur Leiko est tout aussi sympathique que les autres modèles de l’ouvrage de Zazobouzi. Cependant, il est vrai que le fait de fermer par des liens n’est malheureusement pas ce qu’il y a de plus pratique. Je continue cependant à utiliser ce système car je trouve que c’est vraiment ce qu’il y a de plus esthétique et c’est également ce qui donne le petit cachet « kimono » des modèles de l’ouvrage.

Tissus utilisés pour le cache-cœur Leiko :
Lin blanc (Coupons de Saint-Pierre)
Coton pois verts (Coupons de Saint-Pierre)

Babies YUI en rouge et or

3 octobre 2014 at 18 h 58 min

J’ai cousu ces babies Yui lors de mon premier swap des Fées Tisseuses, pour le futur bébé de ma swappée. En rouge pour s’assortir avec la ceinture que j’avais cousue pour la future maman.

Babies Yui

Ultra simples à coudre ces petites ballerines !! Et il n’y a rien de particulier à noter concernant la confection. J’ai utilisé de la feutrine qui manquait d’épaisseur et donc de tenue… Le rendu final ne me satisfait pas complètement à cause de ça, dommage… J’ai compris plus tard que j’avais utilisé une feutrine plus adéquate pour des petits travaux manuels d’enfant, et que pour ce qui est de coudre il faut privilégier quelque chose de plus épais. Par ailleurs, j’ai mis longtemps à voir l’intérêt de la feutrine. Je n’aime pas trop ça, car c’est un peu rêche et le rendu me semble moins « fini » qu’avec du tissu. Ce n’est que plus tard que j’ai compris que cette matière ne s’effiloche pas et permet des créations particulières.

J’ai apprécié le modèle de broderie proposé : ces petites fleurs sont d’une grande simplicité à faire et ont un rendu vraiment très joli. Quant au point de feston, c’est un peu long à faire mais devant un bon film ça ne pose pas de problème ou n’est pas ennuyeux. Je n’avais que des pressions pas très belles à mettre (c’est en fait le même problème que pour les bottines Kin), là encore je suis déçue de ce que ça donne, plus même car les pressions blanches ressortent beaucoup trop et ne vont pas avec les babies Yui. J’aurais bien aimé les couvrir avec des boutons mais je n’en avais aucun qui convenait.

Ce modèle est vraiment très agréable à confectionner, je le referai très certainement.

Tissu utilisé pour les babies Yui :
Feutrine rouge
Broderie :
Point de bouclette
Point de feston
Autres fournitures :
Boutons pression

Pantalon NISHI en deux versions

3 octobre 2014 at 18 h 45 min

C’est en cousant ce modèle que j’ai découvert l’un des défaut du livre Esprit Kimono pour les petits : les dimensions pour l’élastique à la taille sont toujours sous-estimées. Il faut rajouter souvent quelques bons centimètres, sinon l’enfant est vraiment trop serré. Cousu en deux versions 18 mois, en coton et en lin. A noter que ce dernier n’est pas le plus judicieux pour un vêtement d’enfant, surtout si on le choisit de couleur blanche…

Pantalon Nishi

Pour la première version, cousue pour mon filleul, j’ai utilisé un coupon de coton rayé trouvé à la mercerie. J’ai eu un peu de mal avec les boutonnières qui étaient les premières que je cousais. Elles ne sont pas très alignées à droite et à gauche, ce que mon frère s’est empressé de me faire remarquer !! J’ai trouvé des boutons assez simples mais qui allaient bien avec le tissu. Avant de me mettre à la couture je ne m’étais d’ailleurs jamais rendue compte à quel point de simple boutons pouvaient coûter cher. Même dans des vides greniers les gens peuvent les proposer pour une fortune !

Pantalon Nishi

Pour la seconde version, je voulais accorder le cache-coeur Leiko au pantalon. J’ai donc utilisé les mêmes tissus : du lin blanc et du coton vert à pois. J’ai décidé de faire des revers contrastants pour faire quelque chose d’un peu plus travaillé qu’un simple ourlet. J’ai également cousu deux appliqués étoiles, un sur l’avant et un sur l’arrière. Quant aux boutons, j’ai pioché dans le stock que j’ai constitué au fil du temps par des achats chez Noz. Ici se sont de petits soleils en dégradé de couleur. A noter que sur cet essai, les boutonnières sont bien alignées !

Tissu utilisé pour le pantalon Nishi version 1 :
Coton rayure (mercerie Laines et tissus)
Autres fournitures :
6 boutons (mercerie Laines et tissus)
Tissus utilisés pour le pantalon Nishi version 2 :
Lin blanc (Coupons de Saint-Pierre)
Coton pois verts (Coupons de Saint-Pierre)
Autres fournitures :
6 boutons (Noz)

Peignoir FUMIKO

3 octobre 2014 at 18 h 39 min

Après avoir cousu les bottines Kin et la jupe Anzu, j’ai voulu m’attaquer à quelque chose d’un peu plus compliqué. Ayant envie d’offrir un cadeau fait main à mon filleul à l’occasion de son baptême, j’ai choisi le peignoir Fumiko, qui me semblait à la fois utile et dont j’aimais beaucoup le design.

Je l’ai cousu en 24-36 mois, ce qui était deux fois trop grand pour mon filleul de même pas un an. Je n’avais pas encore l’habitude de calculer la taille juste quand on coud pour un enfant, trop habituée à acheter bien plus grand en taille dans le commerce pour que ça aille correctement… Et comme je n’avais pas vu mon filleul depuis 8 mois, impossible de me rendre compte du problème. Ce n’est cependant pas trop grave, il le met maintenant (un an après !)

Ce peignoir est l’une des cousettes dont je suis le plus fière. Parce qu’elle est quasiment parfaite. J’ai eu un peu de mal sur la parementure de la capuche mais pour le reste ça a été assez facile. Le tout rend vraiment bien, les finitions étaient impeccables. Comme c’était du tissu éponge, j’ai fait très attention à surfiler avec un point zig-zag assez serré. Ma maman, qui savait pourtant à l’époque que je m’étais mise à coudre, n’en revenait pas de ce que j’avais réussi à faire.

Peignoir Fumiko Peignoir Fumiko

Et cette année, soit un an après le peignoir, j’ai voulu refaire ce modèle pour l’un des petits que baptisait mon amie.

Peignoir Fumiko

J’ai choisi une version robe de chambre de petit garçon. Toujours en 24-36 mois parce que j’avais la flemme de refaire le patron. Ses petits ayant 18 mois et 3 ans, ils pourraient ainsi en profiter chacun leur tour. Il me restait du tissu polaire de la kallounette faite pour mon filleul, j’ai utilisé le reste pour la robe de chambre. Pour les parementure et les liens, j’avais un coupon de coton gratté que je voulais utiliser pour faire un pyjama, mais le pyjama étant toujours repoussé j’ai finalement décidé de privilégier le peignoir. Des petits nounours pour des petits garçons, ça change de mon éternel tissu coton vert à pois blancs !!

Peignoir Fumiko

Tissus utilisés pour le peignoir Fumiko version sortie de bain :
Tissu éponge épais (mercerie Laines et Tissus)
Tissu coton à pois (Coupons de Saint-Pierre)
Tissus utilisés pour le peignoir Fumiko version robe de chambre :
Tissu polaire (Butinette)
Tissu coton gratté motif nounours (mercerie Laines et tissus)

Jupe ANZU : premiers essais

3 octobre 2014 at 18 h 36 min

 

Jupe Anzu Jupe Anzu

Après le succès des bottines Kin, je me suis lancée dans un autre modèle facile du livre Esprit Kimono pour les petits : la jupe Anzu.

Faite deux fois dans le même tissu coton rose à pois, avec une différence sur la bande du milieu. En 24/36 mois, elle convient mieux à des fillettes de 3 ans que 2 ans. La fille de l’amie à qui je l’avais offerte la mettait encore lorsqu’elle avait 4 ans. Cependant, même un peu trop grande elle reste vraiment très jolie et les petites filles adorent ! La nièce de mon homme l’a longtemps eu trop grande, mais visiblement la regardait chaque fois en attendant le moment où elle pourrait enfin la porter ! Le jour où c’est arrivé elle ne voulait plus mettre que cette petite jupe Anzu. Je regrette qu’elle soit maintenant trop grande car je lui en aurais cousue une autre.

J’ai eu un peu de mal à bien répartir les fronces, on voit que ce n’est pas parfait : c’est encore un point sur lequel j’ai encore un peu de mal et je dois encore m’améliorer. Cette jupe très simple a un rendu superbe : c’est l’un de mes coups de cœur de l’ouvrage qui comporte pourtant nombre de superbes modèles !!! Elle se coud très rapidement : 30 minutes pour le patron, et moins d’une heure de couture quand on a l’habitude. Je l’ai d’ailleurs cousue de nombreuses fois depuis et comme j’ai déjà le patron, et je crois bien que j’arrive maintenant à la coudre en moins de 30 minutes (mais il faut rajouter le temps de découpe de tissu, environ 10 minutes). On peut la réaliser également dans un tissu plus épais que le coton pour l’hiver.

J’ai justement commencé une version hiver pour ma petite cousine, bientôt à venir…

Tissu utilisé pour la jupe Anzu :
Coton à pois rose (Coupons de Saint-Pierre)
Coton à fleur (Butinette)
Autres fournitures :
Élastique 2 cm de large pour la taille.

Bottines KIN

3 octobre 2014 at 18 h 28 min

Bottines Kin

Pour débuter les cousettes pour enfants, j’ai utilisé le livre Esprit Kimono pour les petits. Première réalisation : les bottines Kin. Offertes comme cadeau de naissance au petit d’une amie.

A noter que ce modèle, comme quelques uns du même ouvrage, a tendance à tailler un peu grand. Je les ai réalisées en 3-6 mois et le petit de mon amie les a portées quasiment tout de suite (mais il est vrai qu’il avait de longues jambes et de grands pieds).

Pour ces bottines, je me suis essayée à la broderie. L’avantage du livre, c’est qu’il propose plusieurs type de broderies très simples mais qui ont un joli rendu. La feutrine que j’ai utilisé était assez épaisse, ce qui donne une bonne tenue au modèle. La fermeture se fait au dos de la bottine : j’ai utilisé de pressions (pas très jolies d’ailleurs, je débutais et n’avais pas encore trouvé d’autres pressions). J’ai d’ailleurs acheté pour l’occasion une pince Prym dont je suis extrêmement satisfaite. Elle permet à la fois de poser les pressions très facilement, mais aussi des œillets (je n’ai pas encore utilisé cette seconde possibilité). Exit donc la corvée de coudre à la main des pressions qui ne tiendront pas forcément mieux.

Mon amie m’a appris récemment que durant les 2 premiers mois de son fils, c’était la seule paire de chaussons qu’il a portée, et tous les jours : comme il avait de grands pieds, aucune autre paire ne lui tenait le pied correctement contrairement à ces bottines qui en plus étaient faciles à enfiler. On sait que les petits bouts sont champions pour ce qui est de faire voler chaussettes, chaussures et chaussons. Cela rend les bottines Kin d’autant plus intéressantes à réaliser !! Un premier essai du livre transformé !

Tissu utilisé pour les bottines Kin :
Feutrine crème (mercerie Laines et Tissus)
Broderie :
Point feston
Autres fournitures :
Boutons pression

Esprit kimono pour les petits

3 octobre 2014 at 18 h 04 min

livre-esprit-kimono-pour-les-petits2

Des modèles à croquer

Quand j’ai commencé à coudre, j’ai craqué presque aussitôt sur ce livre : Esprit kimono pour les petits de Peggy Goyer-Roussel. Je me suis rendue compte que je n’étais pas la seule fanatique de cet ouvrage car j’ai découvert récemment qu’il existe un blog qui lui est dédié !

Certain(e)s ne jurent que par les Intemporels pour bébé d’Astrid Le Provost (alias Citronille), mais pour moi il n’y a aucune hésitation, tant sur les modèles que sur la qualité des patrons : le livre Esprit Kimono pour les petits est bien supérieur.

Tous les modèles, absolument tous sont à croquer. Une fan du Japon comme moi ne pouvait pas passer à côté ! J’adore la mise en page de cet ouvrage : les modèles sont photographiés de manière très épurée tout en étant mis en valeur. Pas d’enfants photographiés, ils sont dessinés au crayonné en dessous de la photo ce qui donne une présentation adorable. Le texte est écrit lisiblement, et de manière aérée.

p15-16-fs8

Esprit kimono pour les petits, un livre idéal pour les débutant(e)s 

Malgré mon peu d’expérience en couture, je me suis très rapidement lancée dans la réalisation de certains modèles. Ils sont notés par niveau de difficulté, et les plus simples sont accessibles à des débutantes. C’est un régal à chaque fois, les réalisations sont expliquées et permettent de customiser à loisir. Les tailles sont bonnes (quoique légèrement grandes pour certains modèles, allez voir sur le site des Addicts pour savoir comment taillent les modèles), les patrons très simples (il peut être parfois compliqué de s’y retrouver quand on veut les relever mais ce n’est franchement pas la mer à boire) même s’il y a parfois beaucoup de pièces… J’ai déjà cousu énormément de modèles de cet ouvrage, certains plusieurs fois tant ils sont appréciés quand je les offre.

livre-esprit-kimono-pour-les-petitslivre-esprit-kimono-pour-les-petits1

La cerise sur le gâteau avec cet ouvrage, c’est que contrairement aux autres livres de couture pour enfant, les garçons ne sont pas « évincés ». Au contraire, chaque réalisation (mis à part jupe et robes, qui ne sont pas très nombreuses) peut se décliner au masculin ou au féminin en fonction du tissu et de la customisation choisis. Un vrai plus quand on est marraine d’un p’tit mec !