Détective Conan de Gosho Aoyama

17 mars 2015 at 11 h 00 min

index

Shinichi Kudo est un lycéen passionné d’enquête policières. Il a d’ailleurs quelques succès à son actif et collabore régulièrement avec la police. Mais un jour où il se promène avec sa petite amie Ran, il devient gênant pour « Les hommes en noir » et se voit administrer un poison. Celui-ci ne le tue pas, mais le fait rajeunir. Et le voilà obliger de se faire passer pour Conan Edogawa, un écolier de 6 ans. Personne n’est au courant, excepté le professeur Agasa , un savant qui va l’aider. Et Conan va être hébergé chez Ran, et aider le père de celle-ci, détective privé, à résoudre des énigmes.

A la base, cette série était destinée à être lue par la puce. Mais heu… Elle est encore un peu jeune ! Les scènes sont parfois gore (victime démembrée, pendue ou clouée au mur par un sabre) et parfois très inquiétantes. Cependant, certaines enquêtes sont de son âge, et elle peut tout à fait les lire, ce qu’elle fait sans attendre dès qu’elle a notre feu vert. Mais pour d’autre c’est niet !

Comme je n’ai pas 9 ans mais XX ans (on ne demande pas son âge à une demoiselle) j’ai le droit de tout lire. Et je dois avouer que c’est plutôt réussi comme série. Les dessins sont simples au départ, mais sont meilleurs au fil des tomes. Les histoires sont bien menées et prenantes. La solution de l’enquête est toujours complexe et bien travaillée, on se prend vraiment au jeu d’essayer de découvrir qui est le coupable.

Les fameux hommes en noir sont inquiétants, et apparaissent de temps à autre au détour d’une histoire. Conan les recherche car il veut récupérer une dose du poison qui lui a été administré afin que le professeur Agasa puisse fabriquer un antidote.

Une série bien sympathique donc. Mais longue… très longue… On en est déjà à plus de 70 tomes !! Et la médiathèque est très loin de tous les posséder malheureusement… On se débrouillera pour les lire autrement !

La Tour fantôme tome 1 de Taro Nogizaka

18 janvier 2015 at 22 h 22 min

9782723493529-G

Une nouvelle Masse critique au compteur ! Cette fois-ci, les Bds et mangas étaient à l’honneur, et j’ai reçu le premier tome de La Tour fantôme.

En 1952, une vieille femme a été assassinée de façon horrible, attachée aux aiguilles d’une énorme horloge. La tour où le lieu du crime se trouve est alors considérée comme maudite. Deux ans après ce crime affreux, Taïchi Amano va se retrouver confronté au mystère de la tour, et être lui aussi attaché à l’horloge. Il sera sauvé in extremis par Tetsuo, un personnage assez mystérieux.

J’avoue avoir du mal à faire une critique du premier tome de cette série. Je ne m’attendais pas du tout à ce type d’histoire. Oui, l’histoire est sombre, mais je pensais qu’elle serait traitée plutôt de manière classique. Or il n’en est rien, et ma lecture m’a plutôt mise mal à l’aise.

D’une part, à cause du personnage principal, Taïchi Amano. C’est le anti-héros par excellence. On ne s’identifie pas du tout à lui, impossible même d’avoir de l’empathie pour lui : il agit vraiment comme un repoussoir. Pervers (et ne s’en cachant pas), menteur, tordu, il n’a aucune qualité. Mais je pense que son personnage évoluera par la suite car sa réaction face à la mère de son amie dévoile un autre aspect de sa personnalité… sauf s’il se laisse entraîner dans une autre direction.

Les personnages secondaires ne sont pas plus réjouissants. Nous avons Tetsuo, qui semble gentil mais se révèle tout de suite très mystérieux, sombre et manipulateur, le procureur, carrément flippant et dérangeant, l’ancien camarade de classe de Taïchi, désagréable et hautain… Sans parler de ceux dont on ne connait pas encore l’identité. Au milieu de tout ça, rares sont les personnages qui semblent sympathiques, et étrangement il s’agit des deux filles de ce premier volume. Mais même elles ont leur part d’ombre.

En outre, j’ai trouvé ce manga vraiment trop sombre et glauque. L’ambiance est très poisseuse, limite malsaine. C’est dû au comportement des divers protagonistes, mais également (et c’est plus compréhensible) à l’histoire en elle-même. En fait, l’auteur est dans la lignée des histoires horrifiques japonaises, très sombres et effrayantes.

Alors pourquoi ai-je du mal à établir une critique de ce manga ? Parce que, même si je n’ai pas aimé, je pense que ce premier tome a quand même des qualités. Le dessin est bon, un peu trop léché peut-être mais très travaillé. L’histoire, si l’on enlève le côté glauque qui m’a dérangée, est bien ficelée et peut vraiment donner envie de lire la suite. Même moi qui aies trouvé que ce n’était pas à mon goût suis curieuse de savoir comment tout cela va évoluer. Ce manga n’est donc pas pour moi, mais pour peu que l’on soit client de ce genre de série, je pense que c’est un titre qu’il ne faut certainement pas négliger.

Les enquêtes du limier de Jirô Taniguchi

14 novembre 2014 at 19 h 36 min

les-enquetes-du-limier-T1-730x1024

Taniguchi, on peut avoir l’impression que c’est toujours la même chose. Mais ce n’est pas le cas. Il y  des bons opus et d’autres qui plaisent moins. Pour moi, Les enquêtes du limier fait partie de la première catégorie.

Taku Ryûmon a pour spécialité de rechercher des chiens de chasse disparus. Ses enquêtes se suivent et ne se ressemblent pas. Dans ce premier tome, se sont deux enquêtes que nous allons suivre.

Je ne parlerai pas du dessin qui est du Taniguchi pur jus, très fouillé et beau. Côté personnage, on a affaire à un héros assez bourru, mais droit. On suit avec plaisir ses enquêtes. J’ai été très touchée par la seconde concernant le chien d’aveugle, que j’ai trouvée très belle. J’ai été heureuse de savoir que depuis l’histoire que j’avais lue dans Tokyo Babylon la situation a changée.

Un bon tome, nul doute que je lirai la suite !

Chi, une vie de chat de Konami Kanata

8 octobre 2014 at 14 h 26 min

index7

Un petit chaton perdu est recueilli par une famille. Ils vont s’apprivoiser et Chi va devoir tout apprendre et tout découvrir : la litière, un chien, le soleil, tout est nouveau pour elle !

J’ai craqué pour ce manga tout mignon ! C’est publié dans le sens de lecture français et c’est en couleur. C’est très drôle de voir les réactions de Chi et l’interprétation qu’en fait sa nouvelle famille. Un exemple : Chi est tout fier de faire pipi sur le linge propre ! Car il n’a du coup pas fait pipi par terre ! Bien sûr, il ne comprend pas la réaction de la maman, furieuse !!

Au fil des tomes, les choses évolues et l’univers de Chi s’agrandit. Elle fait des rencontres, ses réactions sont toujours drôles. J’ai les les 8 premiers tomes sans me lasser. Et puis, comment ne pas craquer devant la bouille de cette canaille ?

images1index7

Je l’ai offert à une petite fille de 10 ans, pas très lectrice, qui s’est acheté toute la série tant elle a aimé ! Et la puce aussi a été conquise. Même mon chéri, qui déteste les chats, s’est surpris à lire avec plaisir quelques pages des aventures de ce petit chat espiègle.