Burda de février 2013 : le tee-shirt n°126

11 décembre 2017 at 21 h 09 min

Voici mon premier essai pour coudre du jersey avec ma surjeteuse : le tee-shirt n°126 du Burda de Février 2013 (n°158), assez basique mais très joli. La patron a été fait en très peu de temps (il ne comporte que 3 pièces), les pièces découpées très vite dans un jersey acheté lors d’une foire aux coupons.

Verdict : coudre du jersey à la surjeteuse c’est juste un régal !! Même plus peur. Par contre, j’ai fait une grossière erreur pour coudre l’ourlet. C’est flagrant sur la photo !

Ma surjeteuse ne permet pas de le faire, j’ai donc acheté une aiguille double pour coudre l’ourlet avec ma machine à coudre (ce n’est noté nulle part qu’elle ne le fait pas, j’ai donc testé et ça marche !!) Toute heureuse et après des tests, j’ai cousu l’ourlet. Mais ça a donné un raté car je ne savais pas que lorsqu’on coud du jersey avec une aiguille double à la machine à coudre il ne faut surtout pas utiliser un point jersey sinon le tissu se détend. Mon haut est donc importable. Mais si on tire un peu sur le tee-shirt, on ne voit plus rien !

Tu le vois le sourire ravi de la fille qui a triché ?

Ce n’est pas grave, c’était de toute façon un test. Ce modèle me plaît énormément.  Il est si simple à coudre que je le referai correctement dans un autre tissu, voire avec des manches longues.

Tissu utilisé pour le tee-shirt :
Jersey à flèches (mercerie Laines et tissus)

Burda de Février 2013 : le haut 135

5 décembre 2017 at 13 h 17 min

Encore et toujours cet été, dans ma période « je couds pleeeeiiiin de choses pour moi », j’ai enfin réalisé le haut 135 du Burda de Février 2013 (n°158). Modèle ultra basique et simple, mais avec un rendu que j’aime beaucoup. En plus, il faut peu de tissu pour le coudre, c’était parfait !

J’ai choisi un coupon que j’avais acheté assez récemment (entendre par là « il y a moins d’un an » car j’ai certains tissus dans mon armoire depuis mes débuts en couture… soit 5 ans !) Sa couleur particulière et sa texture faisait que j’avais très envie de l’utiliser pour ce haut. La texture fluide est compliquée à travailler, mais avec un modèle simple j’étais sûre d’arriver à m’en sortir.En effet, j’ai très vite cousu le tout. Pour agrémenter, un biais de satin noir m’a semblé parfait.

J’avoue avoir été un peu déçue au début par ce haut car il taille large et est assez long, ce qu’on ne voyait pas sur les photos du magazine. Cependant, ce n’est pas très grave, on peut agrémenter avec une ceinture ou simplement le rentrer dans le pantalon.

Monsieur n’est cependant convaincu ni par la couleur, ni par la forme et encore moins par le nœud devant. Bref, il n’aime pas ! Tant pis, c’est moi qui porte ! Et je trouve ça très joli, j’adore et en plus c’est un régal à porter car la matière est douce et agréable.

Tissu pour le haut 135 :
Tissu polyester (Tissus.net)
Autres fournitures pour le haut 135 :
Biais satin noir (AlittleMercerie)

Élégance et sobriété : la tunique n°5

1 novembre 2017 at 12 h 30 min

Toujours cet été, j’ai décidé de me lancer dans un modèle très souvent vu sur internet du livre Elégance et sobriété : la tunique n°5.

J’avais vu énormément de versions différentes, et j’avais envie de me lancer dans un modèle japonais avec des pinces. C’est souvent l’élément compliqué de ces patrons, car les japonaises ayant une morphologie différente de la notre, le buste et les pinces sont souvent à modifier. J’ai suivi des indications pour rectifier le patron et je me suis lancée.

Le moins qu’on puisse dire c’est que c’est un raté. Je ne sais pas comment je m’y suis prise, mais avec mes rectifications le buste est beaucoup trop long. Et comme j’avais lu que le modèle était trop ample, j’ai réduit pour avoir moins de fronces… beaucoup trop réduit, car c’était alors trop serré ! J’ai essayé de rattraper le coup en ajoutant des fentes sur les côtés. Fentes qui sont malheureusement trop longues…

Bref, le résultat n’est vraiment pas à la hauteur, et pas mettable en dehors de la maison.

 

Je ne suis cependant pas découragée, je pense refaire ce modèle sans modification, je suis certainement qu’il tombera bien mieux.

Tissu pour la tunique :
Coton à fleurs (stock)
Autres fournitures pour la tunique :
Biais satin blanc (mercerie Laines et Tissus)

Toiles de jouy et indiennes

3 octobre 2017 at 14 h 57 min

Lors de l’une de mes incursions chez Noz, je suis tombée par hasard sur l’ouvrage Toiles de jouy et indiennes de Kumiko Nakayama-Geraerts. Après bien des hésitations et une réflexion de quelques jours, je me suis décidée à l’acheter. Et sans le regretter par la suite, d’autant plus que l’avantage des livres acheté chez Noz, c’est qu’en général ils coûtent 4 fois moins cher qu’achetés ailleurs, voir plus s’ils sont épuisés !!

Sont présentés dans cet ouvrage plusieurs modèles, allant d’accessoires aux vêtements. L’avantage c’est qu’ils sont ici présentés avec des tissus toiles de jouy ou indienne, mais que rien n’empêche de les moderniser avec des tissus plus actuels.

J’adore certains projets présentés car ils sont vraiment originaux, et je ne les ai pas trouvé ailleurs, que ce soit dans des livres ou sur Internet. Et ça c’est assez rare pour le souligner ! Je pense notamment au porte-clé USB ou au sac cabas du marché.

Je suis plus réservée sur la partie consacrée aux vêtements par contre, notamment parce qu’il n’y a qu’une seule taille proposé (38/40 pour la robe adulte, 6/8 ans pour la robe fillette).

Un autre point qui me chiffonne un peu est que les explications ne sont pas schématisées, et qu’il peut sembler ardu de s’y retrouver. J’espère que cela ne me posera pas de problème quand je voudrais coudre l’un des ouvrages de ce livres.

Pour le prix, je suis plus que satisfaite de mon achat !!

Little Girl : la robe R version tunique

11 août 2017 at 19 h 38 min

On continue dans les cousettes faites pour la puce pour l’été dernier : une tunique inspirée du livre Little Girl. Cette fois-ci, j’ai choisi un modèle que j’ai déjà cousu pour une de mes cousines. J’ai cependant transformé la robe en tunique car la puce est à un âge où les robes… bref, où on n’aime plus trop les robes ! Elle m’a d’ailleurs bien répété : pas de jupe ou de robe ! Cette année c’est un autre discours, elle voulait une robe. Bref…

Le tissu a été sélectionné par la puce. A ma grande surprise, son choix s’est porté sur un vichy rouge tout simple. S’il était dans mon stock, c’est qu’il me plaisait, mais j’avoue que je ne l’aurais pas forcément utilisé pour faire un haut ! Et encore moins pour coudre quelque chose pour la puce.

Le patron a été fait très vite, le tissu coupé très vite. Une fois cela fait, je me suis de suite rendue compte que… et oui comme quasi tous les autres modèles du livre, c’était trop large ! Vraiment beaucoup beaucoup trop. J’ai donc recoupé et réduit l’ampleur d’au moins 4 cm. Et en surjetant les côtés, le drame est arrivé : j’ai fait une bêtise, et déchiré le tissu. Perdu pour perdu, j’ai décidé de recouper encore, et de modifier la ligne générale du bas. Au pire, si c’était trop petit pour la puce cela servirait à une des petites filles de mon entourage. Et je dois avouer qu’une fois fini j’ai eu le sentiment que la puce n’arriverait pas à l’enfiler car trop étroit pour elle.

Contrairement à la version précédente où j’avais utilisé un biais pour border l’encolure, j’ai cette fois-ci suivi le modèle du livre et choisi une dentelle toute simple.

Et voilà, fin du suspense : la puce a une tunique qui lui va juste pile comme il faut ! Il y a encore une petite marge sur les côtés qui fait que ce n’est pas trop étroit et qu’elle s’y sent à l’aise. Je dirais même plus : elle a A-DO-RE cette tunique et sautait littéralement de joie en l’essayant. Lorsque je lui couds quelque chose, je sais de suite si elle va le porter ou pas : là c’est sûr, ça a été son must des beaux jours !!! Je ne vous raconte pas le drame que ça a été cette année quand elle a voulu le remettre et qu’il s’est déchiré car trop petit.

Tissu utilisé pour la tunique :
Coton vichy rouge (mercerie Laines et Tissus)
Autres fournitures utilisées pour la tunique :
Dentelle (mercerie Laines et Tissus)
Fermeture à glissière invisible (mercerie Laines et Tissus)

Little girl : la blouse B

8 août 2017 at 19 h 20 min

Voici encore une cousette issue de l’excellent livre Little Girl. Cette blouse me faisait de l’œil depuis longtemps déjà. J’ai fait le patron en taille 120cm, sans jamais trouver le temps et le tissu pour faire une jolie robe pour la puce. Cette année, je me suis lancée mais avec la version blouse.

Le patron a été très simple à faire : taille 130cm rallongé en 140cm car la puce est fine et grande. J’ai choisi un coupon de tissu acheté à la foire aux coupons (décidément, j’achète un peu trop à ces foires aux coupons, ça remplit énormément mon stock !!) Le problème avec ce tissu c’est qu’à la base il ne plaisait pas trop pour à la puce, mais parmi les tissus qu’elle avait sélectionnés aucun n’aurait convenu pour ce modèle (ou alors je n’avais pas assez de métrage). Le tout a été assez vite cousu car il n’y a aucune difficulté particulière. J’ai trouvé que le nœud faisait un peu trop « fillette » pour la puce, et je l’ai remplacé par des boutons pression. Choix largement approuvé par la principale intéressée ! Le résultat me plait davantage et donne une blouse un peu plus moderne et passe-partout.

Je dois cependant faire un reproche aux patrons de cet ouvrage : les modèles sont presque toujours très évasés, et ont un côté bouffant qui peu parfois rebuter. Par ailleurs, les manches papillons sur ce modèle sont très particulières, et ni la puce ni mon chéri ne les ont appréciées ! Qu’à cela ne tienne, avec un bouton pression et une petite astuce, le modèle redevient très classique et plait beaucoup à la puce ! Et le tissu qu’elle ne trouvait pas beau à la base lui convient très bien sur ce modèle ! Et en plus ça lui va bien, que demander de plus ?

Tissu utilisé pour la blouse :
Tissu coton à motifs (mercerie Laines et tissus)
Autre fournitures :
Boutons pression (mercerie Laines et Tissus)

La Robe Princesse

15 décembre 2015 at 15 h 06 min

La robe princesse du livre la Couture Vintage m’a tapé tout de suite dans l’œil. J’avoue que je n’ai pas tout d’abord osé me lancer. Il y avait en effet 2 obstacles et pas des moindres :

– la jupe corolle du même livre que j’ai faite il y a quelques mois avait été un échec, elle ne me plaisait pas trop. J’avoue avoir eu peur que ce soit la même chose pour la robe
– M. Chéridamour à qui j’avais montré le modèle avait été plus que dubitatif (« beurk » est le mot qu’il a employé je crois… ou quelque chose d’approchant !)

Et pourtant, cette robe princesse me tentait vraiment beaucoup. Mais pas avec des grosses fleurs comme sur le modèle, avec un tissu plus simple ou plus moderne, et sans le gros nœud qui avait tiré le « beurk » de M. Chéridamour. J’ai donc fait le patron, en me disant que lorsque j’aurais le bon tissu sous la main, je serais prête à me lancer.

J’ai trouvé le tissu chez Toto. Et durant les vacances de Toussaint, j’ai eu envie de me coudre quelque chose de beau : ce serait cette robe !

J’ai d’abord fait une toile du haut. Bien m’en a pris, ma poitrine mini m’a encore joué des tours. J’ai dû modifier la pince. Un jour il faudra que j’apprenne à les déplacer de manière « professionnelle » et non pas au petit bonheur comme c’est le cas actuellement. Bref, une fois cela fait, j’ai cousu la robe, qui est d’une très grande simplicité. Seul regret : comme la jupe était trop longue, je l’ai raccourcie mais un peu trop à mon goût. J’aurais dû laisser 5 cm de plus.

Robe princesseRobe princesse

Le résultat est à la hauteur de mes attente, j’adooooooore ma nouvelle robe ! En plus, j’ai pu bénéficier d’une belle séance photo où M. Chéridamour a fait montre de tout son talent de photographe et où j’ai joué les modèles (oui oui j’ai fait ma star !!)

Robe princesse

Vivement l’été que je puisse frimer avec !

Tissu utilisé pour la robe princesse :
Coton rose à motif (Toto Tissus)
Autre fournitures :
Fermeture à glissière 40cm

Mes livres de couture : Blouses, jupes et pantalons

20 août 2015 at 9 h 55 min

Ce livre comporte pas moins de 48 modèles. Jupes, pantalons, bermudas, shorts, tops, blouses, chemisiers… Il y a de quoi faire, et de quoi plaire.

couture_2015-02-14_[138]

Les modèles sont citadins ou décontractés. Je n’ai encore rien essayé, mais si j’adore les modèles, plusieurs petites choses me gênent.

Tout d’abord, aucune photo. Tous les modèles sont dessinés, ce qui fait que l’impression est favorable, mais qu’on ne sait pas comment ça tombe « en vrai ».

Ensuite, les patrons ne sont donnés que pour les 12 modèles de base, pour les autres les modifications à apporter sont indiquées, mais parfois difficiles à faire quand on est débutante. Par ailleurs, j’ai trouvé les explications succinctes (je n’ai pas beaucoup d’expérience derrière moi) et parfois peu convaincantes sur la manière de faire (beaucoup de coutures au point glissé…) Enfin, une partie des modèles m’a semblé très compliquée, pas à ma portée en tout cas.

Le livre se compose d’une première partie où les modèles sont présentés : le modèle de base, et les trois variantes proposées avec les modifications à effectuer.

couture_2015-02-14_[140]

couture_2015-02-14_[141] couture_2015-02-14_[142]

Dans la seconde partie, comme souvent dans les livres japonaise, il y a les explications, mais avec très peu de schémas.

couture_2015-02-14_[143]

De plus, les finitions ne me paraissent pas être très soignées… J’attends de faire un essai sur un modèle pour juger le côté couture. Cependant, je ne regrette pas mon achat car ce livre me donne vraiment envie de progresser pour pouvoir faire toutes les merveilles qu’il contient !!

La couture au féminin

29 juillet 2015 at 0 h 34 min

Encore un livre offert par ma soeur à Noël. Il y a essentiellement des robes et des tuniques dans cet ouvrage. Certaines m’ont plu au premier coup d’oeil.

couture_2015-02-14_[135] couture_2015-02-14_[136]

En fait, il n’y a que peu de modèle « unique » dans ce livre, et plusieurs réalisations ont un même patron de base.

Il y a cependant nombre de modèles qui ne sont pas du tout à mon goût !! C’est souvent le cas dans les livres de couture japonaise d’ailleurs. Comme celui-ci.

couture_2015-02-14_[137]

Néanmoins, un bon livre où l’on peut piocher quelques idées sympathiques.

Robe Oki… en double !!

11 juillet 2015 at 13 h 01 min

Les jumelles d’une copinaute sont nées, et je n’allais pas rater cette occasion de faire fumer la machine !! J’ai choisi la robe Oki à col Mao du livre Esprit Kimono pour les petits que je n’avais jamais faite mais qui me plait bien. J’ai évité les tissus trop rose bonbon selon les goûts des parents. C’est donc 2 jolis restants de tissu que j’ai choisi : un coton jaune et un coton beige.

Robe Oki  Robe Oki

Le modèle, bien que noté difficulté 3/3 ne m’a pas paru si difficile que ça. Je pense juste m’être trompé au niveau de la parementure car cela n’est pas très clair dans les explications. C’est bien la première fois que cela m’arrive avec ce livre…

  Robe Oki Robe Oki

Sinon j’ai galéré avec les boutonnières au début, mais les dernières sont impeccables. Pour les boutons, j’ai pioché dans mon stock acheté chez Noz et ce sera étoiles pour l’une des robe, et petits soleils pour l’autre.

J’ai beau avoir déjà cousu énormément de modèle de cet ouvrage, il y a encore beaucoup de choses que je n’ai toujours pas testé. Dans le cas de la robe Oki, j’ai pour la première fois décidé de faire les jolis boutons proposés dans le livre. Ils ne sont pas compliqués en soi à faire, par contre qu’est-ce que j’ai eu du mal à les coudre sur les robes ! Le tut est très épais, j’ai dû recourir à un bidouillage à l’aide de cartons épais pour arriver à enfiler l’aiguille sans me faire mal (un dé à coudre n’était pas suffisant !!) Mais le résultat vaut le coup…

Juin 2015 - 002-3

Juin 2015 - 003-3

Les 2 robes ont été faites en taille 12 mois pour l’été prochain !

Tissu utilisé pour la robe Oki n°1 :
Coton beige à fleurs (mercerie Laines et Tissus)
Autres fournitures :
4 boutons (Noz)
Tissu utilisé pour la robe Oki n°2 :
Coton jaune à fleurs roses (Butinette)
Autres fournitures :
4 boutons (Noz)