Popular Tags:

Burda : blouse 113B

12 novembre 2017 at 20 h 41 min

Comme je le signalais dans un article précédent, j’ai désormais une très très belle collection de magazines Burda. Forcément, il allait bien falloir que je me jette dans le bain un jour ou l’autre et que je me décide à tenter enfin une création issue d’un des patrons. J’ai longtemps réfléchi, longtemps hésité. Et puis je me suis décidée pour un modèle noté de 2 ronds et demi de difficulté (c’est-à-dire assez simple, mais comportant quelques points de difficulté). Il s’agit donc de la blouse à basque n°113B (avec manches) du n°152 de Août 2012. C’est un modèle assez populaire chez les Burda Addicts, et j’étais curieuse de savoir ce que ça allait donner.

Ma première confrontation avec le patron a été rude. Les patrons Burda m’ont paru illisibles. Et dire que certaines se plaignent des planches des livres de patrons japonais !! Pour ma part, je trouve que les Burda sont bien plus compliqués à reproduire. J’ai donc mis assez longtemps à copier le patron. J’avais patronné la blouse Katerina juste avant, et passer d’un patron ultra simple (simpliste ?) à un patron très fouillé et travaillé a été un choc. Mais une fois lancée, ça a été, et je pense qu’avec l’habitude on va beaucoup plus vite (j’ai copié 3 patrons Burda cet après-midi-là et si le premier a été difficile, les autres ont été beaucoup simples à faire). Depuis, j’en ai d’ailleurs copié énormément et je n’éprouve plus vraiment de difficultés.

Par contre ensuite… quel bonheur ! Les patrons Burda sont très bien détaillés, avec beaucoup de repères, de chiffres… Impossible de se tromper au montage ! C’est juste un vrai régal à coudre, tout tombe exactement comme il faut, s’ajuste parfaitement, et tombe impeccablement. Les explications de montage ne sont pas claires par moments (pas claires du tout !!!), mais ce modèle est assez simple, et avoir une petite expérience fait que l’on sait comment se monte un vêtement ce qui m’a beaucoup aidée.

Alors, quelles sont les difficultés de ce patron ? Les pinces, la fermeture à glissière invisible… et c’est tout. Bref, rien que de très surmontable quand on a 3 ans de couture derrière soi ! Je suis d’ailleurs devenue une pro de la fermeture à glissière invisible. J’ai cousu le tout assez vite. Ça aurait été encore plus rapide si je n’avais pas commis une erreur énorme avec ma surjeteuse, qui a manqué de me faire mettre le tout à la poubelle (heureusement, il me restait juste assez de tissu pour refaire la pièce fichue). Avec ce modèle, j’ai ENFIN compris comment monter proprement une parementure au niveau de la fermeture à glissière invisible. Je me suis également confrontée à mon premier ourlet invisible : pas compliqué mais loooong à coudre (NB : j’ai vérifié depuis et ma machine à coudre permet de le faire).

Au final, un résultat qui tombe comme il faut et qui me plait vraiment. Deux regrets cependant : avoir choisi un reste de tissu auquel je ne tenais pas trop pour ce test et qui ne convient pas au modèle selon mon chéri, et avoir fait des manches longues alors que le modèle doit être plus seyant avec des manches courtes. Mais maintenant que je me suis lancée, que j’ai vu la manière dont les patrons taillent, nul doute que je ne vais plus hésiter à coudre avec des tissus vraiment adéquats !!! J’ai déjà une robe et une jupe en attente…

Tissu pour la blouse 113B :
Coton à pois (Butinette)
Autres fournitures pour la blouse 113B :
Fermeture à glissière (mercerie Laines et tissus)

Magazines Burda Style : ma collection

8 novembre 2017 at 9 h 59 min

Il y a quelques mois, j’ai eu une chance absolument incroyable. En faisant un tour complètement impromptu dans une association type Emmaüs près de chez moi, j’ai vu une collection assez incroyable de magazines Burda Style. Quand je dis que c’est incroyable, c’est qu’il y en avait une quantité énorme, tous récents (entre 2010 et 2014) et surtout qu’ils étaient vendus pour une misère ! 20 centimes le numéro, quand c’est vendu 5€ d’occasion sur internet. Autant dire que je n’ai pas trop hésité. Enfin si, au début j’ai eu des scrupules, et j’ai donc sélectionné une quinzaine seulement de magazines. Et puis flûte et zut, je suis revenue le lendemain rafler tous ceux qui restaient !!

Ils étaient en plus en très bons état et complets, certains n’avaient à mon avis jamais été ouverts. Depuis, ils ont pris un sacré coup ces Magazines Burda Style car je les ai feuilletés un nombre incalculable de fois, j’en ai déjà utilisé beaucoup, je les ai prêtés… Bref, je les ai fait vivre !

Sur tous ceux que j’ai acheté, je ne suis déçue que par un ou deux numéros qui ne possèdent réellement aucun modèle qui me plaît. Mais je les garde. En effet, au premier visionnage j’ai eu des coups de cœur pour certains modèles. Mais je me suis rendue compte au fil de mes épluchages que d’autres modèles, qui ne m’ont pas plu forcément au premier abord, s’avèrent petit à petit plus intéressants que je ne pensais. Certains ont même fini par devenir ceux qui me tentent le plus à réaliser !

Il faut dire que le site Burda Couture Addicts est vraiment très bien car il permet de voir la façon dont ont été réalisés certains modèles. On peut ainsi se rendre mieux compte de la manière dont le vêtement tombe. Et il est à chaque fois précisé s’il y a des modifications à apporter pour que le rendu soit meilleur.

Je vais donc par la suite présenter un à un chaque magazine avec les modèles qu’il comporte. En effet, j’ai réalisé qu’il était vraiment très difficile de trouver sur internet les modèles que contient chaque numéro, ce qui est un inconvénient si on veut acheter un magazine d’occasion… J’espère que ce sera utile pour quelques personnes !

 

La maison de poupée de Mélanie Voituriez

6 novembre 2017 at 20 h 45 min

L’été dernier avait lieu le baptême de ma nièce. J’ai décidé d’offrir un cadeau fait main. Je n’ai pas trop hésité sur ce que j’allais coudre car cela faisait longtemps que j’avais un modèle en vu : la maison de poupée de Mélanie Voituriez, que l’on trouve dans son livre Petits rien pour chambres d’enfants.

Le patron est simple, les pièces rapides à couper et à coudre. Par contre, qu’est-ce que les finitions ont été longues ! Je ne suis pas sûre que je me serais lancée dans cette réalisation si j’avais su à quel point ce serait compliqué. En effet, il y a énormément de couture à la main : point de feston le long de la porte, des fenêtres et du toit, couture du toit sur la maison, de toutes les arrêtes de la maison pour rigidifier le tout. Et comme il faut rigidifier la maison avec du jeffitex et qu’il faut le traverser avec l’aiguille, j’avais les doigts en sang à la fin.

Je suis mitigée quant au résultat. Oui c’est joli. Le toit qui s’ouvre est très pratique. Mais je trouve que d’une manière générale la maison ne se tient pas assez, et je pense qu’elle va malheureusement s’abîmer assez vite. Bref, je ne suis pas certaine de recommencer l’expérience.

Depuis j’ai trouvé d’autres modèles qui me plaisent autant et me semble plus pratiques. En effet, ils sont plus pratiques car ils permettent « d’ouvrir » la maison en la mettant à plat (pour fermer la maison, les murs sont reliés entre eux avec des rubans). Néanmoins, le modèle de Mélanie Voituriez a ce toit sympa et très original qui donne un petit « plus »… A voir l’usage que vous pensez que l’enfant en fera.

Tissus utilisés pour la maison de poupée de Mélanie Voituriez :
Tissu Tilda rayé (mercerie Mes jolies coupons)
Tissu gris papillon (mercerie Laines et Tissus)
Coton rose à pois,  coton rouge, liberty rayé (stock)
Tissu coton fleurs (Butinette)
Autres fournitures utilisées pour la maison de poupée de Mélanie Voituriez :
Fil à broder (mercerie Laines et tissus)
Jeffitex (Alittlemercerie)

Élégance et sobriété : la tunique n°5

1 novembre 2017 at 12 h 30 min

Toujours cet été, j’ai décidé de me lancer dans un modèle très souvent vu sur internet du livre Elégance et sobriété : la tunique n°5.

J’avais vu énormément de versions différentes, et j’avais envie de me lancer dans un modèles japonais avec des pinces. C’est souvent l’élément compliqué de ces patrons, car les japonaises ayant une morphologie différente de la notre, le buste et les pinces sont souvent à modifier. J’ai suivi des indications pour rectifier le patron et je me suis lancée.

Le moins qu’on puisse dire c’est que c’est un raté. Je ne sais pas comment je m’y suis prise, mais avec mes rectifications le buste est beaucoup trop long. Et comme j’avais lu que le modèle était trop ample, j’ai réduit pour avoir moins de fronces… beaucoup trop réduit, car c’était alors trop serré ! J’ai essayé de rattraper le coup en ajoutant des fentes sur les côtés. Fentes qui sont malheureusement trop longues…

Bref, le résultat n’est vraiment pas à la hauteur, et pas mettable en dehors de la maison.

 

Je ne suis cependant pas découragée, je pense refaire ce modèle sans modification, je suis certainement qu’il tombera bien mieux.

Tissu pour la tunique :
Coton à fleurs (stock)
Autres fournitures pour la tunique :
Biais satin blanc (mercerie Laines et Tissus)

Élégance et sobriété : encore une tunique 21

29 octobre 2017 at 13 h 11 min

Toujours motivée pour coudre des petits hauts pour moi afin de garnir mon placard pour la mi-saison. Ce sera une nouvelle tunique 21 du livre Élégance et sobriété.

Déjà réalisée à 2 reprises, je me suis lancée dans une nouvelle version. J’avais acheté un tissu à carreaux que j’aimais beaucoup et que je voyais parfaitement pour cette tunique.Comme toujours avec ce motif, le plus dur est de bien réfléchir pour que les raccords soient bons.

Je ne me suis pas trop ratée sur ce coup-là (regardez comme les manches sont bien raccordé à la tunique !) Pour l’avant, après une patte de boutonnage et une fermeture avec des liens, j’ai voulu tenter une goutte, sobre mais avec un beau rendu.

Si j’ai un regret sur cette tunique, ce serait de ne pas avoir « croisé » l’empiècement haut devant. Le rendu aurait été plus sympathique. Néanmoins, je suis très satisfaite et je sais que ce en sera pas la dernière fois que je tenterai ce modèle !

Tissu pour le sac à dos chien enfant :
Coton à carreaux (Toto Tissus)

Mes modèles de couture : le top (oui encore !!)

24 octobre 2017 at 12 h 07 min

Ce top, je l’ai déjà fait 2 fois pour la puce. Et à chaque fois, elle l’a mis, remis et re-remis. Bref, il est simple, passe-partout, confortable… Comme elle avait encore besoin de hauts pour l’été, j’ai donc ressorti ce modèle (qui soit dit en passant ne pourra peut-être pas être refait l’an prochain, la puce étant maintenant presque trop grande…)

Toujours facile à coudre. Ma galère cette fois-ci a été le biais : j’ai voulu le faire dans le même tissu que le haut, et ce tissu est du polyester bien glissant, j’ai donc eu un peu de mal. C’est un reste de tissu que j’avais utilisé pour me coudre une tunique, et j’avais déjà pesté la dernière fois pour la même raison. Néanmoins, le reste a été vite réalisé. j’ai ajouté un bouton sur l’avant pour le différencier du dos.

Encore une fois, elle l’a porté tout l’été. Et comme on a vu sa cousine de 5 ans durant les vacances et que je voulais lui coudre quelque chose, j’ai décidé de faire une robe sur le même modèle : ainsi elles seraient heureuses d’avoir un vêtements presque pareil !

J’ai rajouté une dentelle en bas pour faire jolie, la taille était idéale !

Tissu pour le top :
Tissu à pois (Butinette)
Autres fournitures pour le top :
Bouton (stock)
Tissu pour la robe :
Tissu coton à fleurs (mercerie Laines et Tissus)
Autres fournitures pour la robe :
Bouton « pomme » (Noz)
Dentelle (mercerie Laines et Tissus)

Coussin musical étoile

19 octobre 2017 at 11 h 00 min

Il y a peu, l’homme de la maison est devenu de nouveau tonton. D’un petit gars cette fois-ci. Il a fallu réfléchir aux cadeaux de naissance, et j’avoue que côté couture je séchais un peu. Je n’avais pas le temps ni l’envie de me lancer dans une cape de bain, je n’avais pas d’idée concernant des vêtements (pour une fille je trouve ça plus simple), rien ne me venais concernant les accessoires…

Finalement, j’ai opté pour des choses simples. Les semaines qui ont suivi mon mariage ont été plutôt peu actives côté couture et DIY, je me sentais vidée et j’avoue que coudre des choses complexes ne me tentait pas du tout (c’est revenu avec les vacances d’été).

Bref, j’ai donc choisi de faire des « tipi à pipi » (cône en tissu qu’on pose sur le zizi du bébé afin qu’il ne s’amuse pas à faire pipi sur papa ou maman, chose que les p’tits mecs ont visiblement tendance à faire). Un bavoir bandana simple a également fait parti des cadeaux offerts.

Mais j’avais néanmoins à coeur de coudre un accessoires plus complexe. Après moultes recherches, quelque chose a attiré mon oeil : un coussin musical ! Et pourquoi ne pas le faire en forme d’étoile ? J’ai trouvé le modèle sur Butinette, site sur lequel je commande très (trop ?) souvent du tissu.

J’avoue avoir des regrets sur ce coussin. Il n’est pas aussi réussi que je l’espérais. J’ai voulu que le mécanisme puisse être retiré pour que le coussin puisse être lavé, mais cela m’a énormément compliqué la tâche et je m’en suis sortie en bidouillant, ce que ne rend pas très bien. Le tissu a été choisi au hasard mais le hasard fait bien les choses car la maman avait justement acheté un coupon du même tissu pour coudre quelque chose !! Néanmoins, le coussin a plus aux parents, à la grande soeur et le bébé n’a pas hurlé quand il entendait la musique !

Tissu pour le coussin musical étoile :
Tissu coton « baleines » (mercerie Laines et Tissus)
Tissu coton « gouttes » (mercerie Laines et Tissus)
Tissu coton jaune (mercerie Laines et Tissus)
Autres fournitures pour le coussin musical étoile :
Mécanisme musical (Butinette)
Ouatine (Mercerie Laines et Tissus)

Sac à dos chien pour enfant

14 octobre 2017 at 9 h 45 min

Pour un cadeau de Noël à mon filleul, j’ai voulu coudre un petit sac à dos chien assez original. Ma belle-soeur avait évoqué un sac semblable, l’idée lui plaisant bien j’ai décidé de me lancer. Surtout que j’avais prévu pour sa soeur un sac de petite fille, j’aimais bien l’idée de rester dans le thème des sacs !!

J’ai trouvé sur le site Mes petites mains pleines de doigts un tuto vraiment très bien fait. Je remercie d’ailleurs son auteur, quel plaisir d’avoir ce genre de choses à disposition !!

La réalisation n’a pas été trop complexe, mais assez longue. Le sac est par contre plus petit que je ne pensais, mais pour un petit de maternelle c’est la taille idéale.

J’ai choisi la forme « chien » et non « chat » tout simplement car je voulais le faire en bleu et allez savoir pourquoi, ça ne me semblait pas aller avec un chat. Mon seul regret est la fermeture. J’ai acheté 2 arrêts pour anorak, or il est très difficile de fermer le sac. Ce n’est pas très grave, la prochaine fois que j’ai le sac sous les yeux j’y mettrais à la place un seul arrêt plus grand, et ce sera beaucoup plus simple à fermer et ouvrir.

Il a une bonne tête ce toutou non ?

Tissu pour le sac à dos chien enfant :
Coton bleu (Butinette)
Coton à rayures (Butinette)
Chutes de tissu pour les appliqués
Autres fournitures pour le sac à dos chien enfant :
Ruban « pattes de chien » (Noz)
Ficelle + arrêt anorak (Mercerie Laines et Tissus)

Porte pinces à linge

8 octobre 2017 at 12 h 34 min

Plutôt que de laisser traîner les pinces à linge sur le fil, j’ai décidé de coudre un petit panier / porte pinces à linge. Il en existe plusieurs tutos sur Internet. J’ai donc fait au plus simple. Un cintre, du tissu, deux ou trois fournitures et hop, voilà le résultat ! Comme il reste dehors, il a été bien délavé et s’est abîmé en un an. Par contre, la bonne surprise c’est que même s’il reste au grand air, les insectes ne s’y mettent pas et il ne s’est jamais envolé à cause du vent !

J’en referai un peut-être un jour, mieux fini et plus joli mais celui-ci fait déjà bien l’affaire !

Tissu utilisé pour le porte pinces à linge :
Coton à fleurs (stock)
Autres fournitures utilisées pour le porte pinces à linge :
Boutons fleurs (Noz)
Élastique (Noz)
Cintre (stock)

Les jeux de société : Dobble

6 octobre 2017 at 10 h 30 min

Dans la famille, nous sommes assez branchés jeux de société. La puce aimait ça dès toute petite : je pense que jouer tous ensemble est quelque chose qui lui plaisait énormément. L’homme de la maison et moi même ne débordons pas d’un amour fou pour les jeux « traditionnels » (Monopoly par exemple) mais les jeux de société se sont énormément développés ces dernières années. Notamment grâce aux « jeux apéros », ces mini jeux faciles et rapides qui mettent de l’ambiance dans une soirée.

Il y a quelques années, pour son anniversaire, la puce a reçu le Dobble. Il rassemble 5 mini jeux, touts plus ou moins basés sur le même principe. Sur chaque carte sont représentés des symboles. Chaque carte a en commun avec n’importe quelle autre carte l’un de ces symboles. Le but étant d’être le plus rapide à trouver lequel (les minis-jeux consistent alors soit à se débarrasser de ses cartes, soit à en avoir le plus, soit à essayer d’en donner le maximum à l’adversaire…)

L’avantage de ce jeu, c’est qu’il peut se jouer très vite et à n’importe quel moment. S’il reste 10 minutes avant de manger, d’aller faire les courses ou de se coucher (ah non, là je déconseille car on s’excite trop en jouant !!) c’est idéal. C’est assez vivant et rapide, et les adultes peuvent jouer avec les enfants sans que ces derniers soient désavantagés. Et c’est un jeu qui met bien l’ambiance par son rythme et les interactions entre les joueurs.

Il est maintenant assez connu, et ce décline sous plein de variantes (pour les plus petits, thème cinéma…)